CARMEN/SHAKESPEARE

PLANCTON 

CREATION au CCAM Scène nationale de Vandoeuvre-Lès-Nancy - avril 2016

Durée : environ 70 min

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plancton

(du grec ancien planktós ou «errant»)

Nom générique pour la totalité d’organismes microscopiques vivant en suspension dans l’eau et en apparente passivité

parce qu’ils semblent inaptes à lutter contre les courants

 

Virvoucher

(mot du vieux français, remis en lumière par Lautour-Mézeray, repris par Honoré de Balzac dans sa “Théorie de la démarche” -1833-

et repris encore par Alain Michard pour nommer une série de rencontres chorégraphiques)

Ce verbe exprime l’action d’aller et de venir, de tourner autour de quelqu’un,

de toucher à tout, de se lever, de se rasseoir, de bourdonner, de tatillonner.

Virvoucher, c’est faire une certaine quantité de mouvements qui n’ont pas de but ; virvoucher c’est imiter les mouches...

.

 

 

Dans un monde sans hiérarchies par rapport aux dégrées de réalité, trois écrans-personnage, une flaque faite de morceaux technologiques et deux corps tenteront de trouver des synchronies narratives. Un Dialogue de Sourds ?

 

Pour le troisième volet de la tétralogie « Carmen / Shakespeare » on a construit un puzzle d’images et de sons dans lequel la puissance de la technologie, ici étrangement autonome, nous tend des pièges en direct.

 

L’homme et la femme se trouvent à nouveau face à face, ici et maintenant.

Ici et maintenant ? Ici ? Maintenant ? Là rien n’est stable.

 

Dans PLANCTON, un narrateur accompagnera nos marionnettes ; ils saura tout. Il connais très bien la fin :

Les corps de l’homme et de la femme seront en pleine hémorragie de désir ; les temps et les espaces seront malaxés, soulignés et contredits, les mémoires seront reconstitués…

Oui ! Parfois, des forts courants plus ou moins robotisés feront naufrager toute résistance. Le destin marquera sa loi et, petit à petit, nous tomberons avec eux dans Le Dernier Acte ; celui de la mort. Celui qu’ils avaient toujours repoussé avec leur amour.

 

 

Sur la création...

 

Comme toujours dans Carmen / Shakespeare, des idées autour de l’amour, de la confiance, de la liberté et des relations de pouvoir seront développées grâce à quelques erreurs de compréhension bien assumées,  grâce aussi à d'éternels problèmes de traduction et à la fascinante polysémie des mots et des sons quand ils sont confrontés au geste, devant et derrière la caméra.

 

En jouant au vrai et au faux, au récit et au commentaire, dans ce troisième volet  de CARMEN / SHAKESPEARE,  Francisco Ruiz de Infante et Olga Mesa, vont construire sur scène un film littéralement en 3D (ou on devrait dire ici en 4D ? Désir, Désir, Désir, Désir !).

 

Dans « PLANCTON » le temps et les espaces seront élargis, malaxés, soulignés et contredits grâce à :

                      • Un dispositif audiovisuel fragile mais dangereusement robotisé.

                      • Un site internet remplit de « présences » qui pourront intervenir dans la dramaturgie en tout moment.

                      • Trois écrans que amplifient et prolongent les corps, les temps et les espaces.

                      • Et surtout grâce à trois corps que tentent de se maintenir à la dérive sans se fracasser contre les paradoxes de leurs mémoires; trois corps pleins de désirs qui semblent contrôler leurs impulsions.

 

L’ACTE 3 de CARMEN / SHAKESPEARE sera donc une production hybride mais fertile qui rassemblera la plupart des questions et lignes thématiques abordées dans l’ensemble du projet.

Etant donné la nature de cette production et de sa non linéarité, il nous est difficile de la décrire d'une manière narrative (l'absence d'un fil conducteur fictionnel unique empêche toute tentative dans ce sens).

 

Du point de vue formel, nous voulons que ce projet s’appuie sur une sorte de « making off » du processus créatif de l'ensemble du projet : ses quatre actes et toutes leurs prolongations. Mais, en fait, tout sera complètement réinventé pour constituer un véritable « making on » ; une impulsion.

 

L'idée d'une sorte de voyage initiatique n'est pas étrangère à ce projet. Les différents dialogues, entretiens, promenades ou errances proposés au spectateur le guideront dans une réflexion sur une réalité non manichéiste, profonde et légère en même temps. L’affirmation de points de vue multiples via l’utilisation de différents sources d’images et de sons (parfois très hétérogènes) souligneront cette intention. 

DISTRIBUTION

 

• Chorégraphie, image, dispositifs de tournage, son et textes : Olga MESA et  Francisco RUIZ DE INFANTE

 

-Sons additionnels : Extraits de l’opéra « Carmen » de Bizet (dans ses multiples versions) + autres (en cours)

-Textes additionnels : Sonnets de William Shakespeare (traductions de Robert Ellrodt,  François Victor Hugo), livret de l’opéra « Carmen » (Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après la nouvelle de Prosper Mérimée), L'Amour du loup et Autres remords, Hélène Cixous 2003 + autres (en cours)

 

 

• Avec (sur scène) : Olga MESA, Francisco RUIZ DE INFANTE et Kevin SENANT

+ un chœur d’interlocuteurs via les images / sons (liste d’invités en cours)

• Direction Technique : Fréderic APFFEL

• Régie et tournages Streaming : Kevin SENANT

• Programmation du dispositif vidéo : Prince N'GOUDA BA

• Web master (site internet et coordination tournages Skype) : Tayeb BAYRI

• Administration Cie Olga Mesa // Hors Champ // Fuera de Campo : Mathias GAUTHIER-LAFAYE

• Production : Ornella GATTI

• Communication: Laure WOELFLI

• Crédits photographiques : Cie Olga Mesa / Hors Champ / Fuera de Campo

 

• Coproduction « PLANCTON » (Carmen / Shakespeare : acte 3) :

CCN Ballet Lorrain (Nancy) en partenariat avec le Centre Culturel André Malraux, Scène Nationale de Vandoeuvre-Les-Nancy, Pôle Sud, Centre de Développement Chorégraphique de Strasbourg, MOD, Marseille Objectif Danse, Fundacion Botin, Santander, Espagne (au sein du programme d’aides à la création 2015), DRAC Alsace,  Arts  Plastiques  (au sein du programme Aides individuelles à la création 2015)

 

• Partenaires complices / soutiens :

El Graner-Mercat de les Flors / Barcelona (Es) • Centre des Rives / Autour de la Terre (Vaillant, France) • Fabrique de Théâtre / Friche Laiterie (Strasbourg) • Espace Darja R2D (Casablanca, Maroc) • Instituto Cervantes (Casablanca, Maroc) • ACE (Espagne) • Villa La Brugère, Arromanches (France) • Es Baluard Museu d'Art Modern i Contemporani de Palma de Mallorca (Espagne)

 

 

Nous dédions ce projet à la mémoire de Pierre Mercier (1946-2016).

Avec tous nos remerciements pour les conseils, les éclairages et les mises en doute fertiles.