LabOratoire/LabOfilm

 

 

Née du premier chapitre du projet éponyme, "La lamentation de Blanche-Neige", labOratoire/labOfilm est une expérience participative sous la forme d'un atelier et d'une installation audiovisuelle évolutive, élaborée dans le cadre d'une résidence au Frac Alsace.

 

Olga Mesa a invité le public à partager avec elle un moment spécifique de recherche. labOratoire/labOfilm se construit autour de femmes, de 10 à 70 ans qui désirent participer à la construction d'une expérimentation visuelle et cinématographique, et découvrir la notion de corpsOpérateur qu'Olga Mesa développe dans son processus de création. Ce corps féminin sans hiérarchie construit une identité en s'abandonnant à une expérience de relais et d'échange à l'intérieur du groupe. Dans ce groupe,  observer et être observé est aussi important qu'agir, et l'autre est le lieu à partir duquel se construit une mémoire commune autour des multiples Blanche-Neige.

 

ACTES ET RENDEZ VOUS PUBLICS

 

Mars 2011

• Carte rouge : une rencontre entre La Ribot et Olga Mesa Dans le cadre du « Week‐end de l’art contemporain » organisé par le réseau TRANS RHEIN ART

• Rencontre avec Olga Mesa : présentation du projet labOfilm

 

Avril 2011

• Conférence d’Olga Mesa à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg

• Soirée cinéma et danse au cinéma Colisée à Colmar, en partenariat avec Lézard (Colmar) : La plainte de l’impératrice, film documentaire réalisé en 1989 par la danseuse et chorégraphe Pina Bausch

• Rencontre : Olga Mesa reçoit le philosophe Jean-Luc Nancy

• Olga Mesa propose une conférence de Françoise Parfait : Gestes vidéographiques et exploration spatio-temporelle. Un peu d’histoire(s) à l’Auditorium des Musées de la Ville de Strasbourg

 

 

Mai 2011

• Présentation de l’installation Piège (1997) de Francisco Ruiz de Infante

• Olga Mesa reçoit Francisco Ruiz de Infante avec en invitée spéciale l’oeuvre de Pierre Huyghe, Blanche Neige Lucie

• Soirée cinéma autour du film Branca de Neve de Joao César Monteiro

• La Nuit des musées 2011 : l’installation labOfilm est accessible au public

• Avant‐première de labOfilm #1 : El lamento de Bancanieves

 

Pratique du (non) visible : en avoir le coeur (corps) net

FRAC LORRAINE - 2007

 

 

Pratiques du (non)visible : en avoir le cœur (corps) net a été l’occasion pour Olga Mesa de s’imprégner des œuvres du FRAC Lorraine, et d’en proposer une sélection des pièces minimales et conceptuelles, en écho à son travail.

Au cours de sa résidence au FRAC Lorraine en 2007, Olga Mesa a ainsi exploré les correspondances possibles entre la dimension performative, éphémère de la danse et les notions d’invisibilité, d’immatérialité qui sont à l’oeuvre dans la collection. Une expérience qui résonne comme une nouvelle tentative – avec les résidences de critiques d’art - d’amener une lecture différenciée et renouvelée de la collection, de l’interroger, et même de l’interpréter… Car c’est bien d’interprétation dont il s’agit avec ce regard chorégraphique. 

 

 

ACTES ET RENDEZ VOUS PUBLICS

 

Octobre-novembre 2007

 

Du 06 octobre au 18 novembre 2007, l’enjeu était de proposer en restitution de la résidence de création, une vidéo produite dans le cadre de la création de labOfilm :

L'enjeu de la résidence d'Olga Mesa était également de permettre la poursuite d'un travail expérimental autour de la vidéo et d'une écriture «filmique». La vidéo produite pendant la résidence trouve naturellement sa place dans le parcours d'exposition. Une visite inédite sous forme d'expériences partagées.

 

« Pendant la résidence, j'ai mené un travail d'expérimentation à partir de la caméra et de l'écriture : une sorte de laboratoire filmique à travers lequel j'ai travaillé sur la mémoire en construction autour de ma réflexion. Je souhaitais créer un story-board : autant de pistes à explorer pour la possibilité d'un film… La caméra enregistre, capte des actions éphémères, intuitives, surgies de mes pratiques du (non) visible, et nées de ma pensée en mouvement dans l'espace. Des lieux d'observation et de capture comme une possible écriture de l'instant. »

 

Au courant des mois d’octobre et novembre 2007, le public a également pu assister à des performances d’Olga Mesa et des visites interprétées :

« Pendant la résidence, j'ai découvert des espaces de réflexion et d'intervention que je souhaitais mettre en pratique avec les oeuvres : des dialogues émergents où je crée mon propre territoire et mes visions, où j'introduis des histoires qui sont présentées au public sous forme de visites interprétées. Je propose une lecture qui questionne la place du spectateur dans l'espace de l'oeuvre : le corps devient l'acteur essentiel d'activation et de perception de la pièce. Une expérience qui questionne les limites de la vision et la frontière si fragile - ici intervertie - entre le corps de l'artiste (le regard) et le corps du spectateur (l'oeuvre). »

Olga Mesa

 

Pôle sud

Résidence 2005/2006-2006/2007

 

 

Olga Mesa a été en résidence au Théâtre Pôle Sud à Strasbourg de janvier 2005 à juillet 2006. Elle y a encadré :

- des actions culturelles organisées pour et avec le public strasbourgeois, 

- des ateliers adressés à des professionnels et des amateurs, 

- des cartes blanches lors du festival "Nouvelles Strasbourg Danse" et en cours de saison. 

Dans le cadre de cette résidence a vu le jour le cinquième mouvement du projet "Más público, más privado" : "La danse et son double".